FANDOM


VILogo.png  DLogo.png  D012Logo.png                                                                                       


Cet article est à propos du personnage. Est-ce que vous recherchez l'ennemi ou le boss final ?
FF6 Kefkaart.jpg
Kefka Palazzo
Informations
Portraits
Nom japonais ケフカ・パラッツォ
Romaji Kefuka Parattso
Nom anglais Kefka Palazzo
Rôle Antagoniste
Race
Age 35 ans
Voix japonaise
Voix anglaise
Voix française


Kefka Palazzo est l'antagoniste principal du jeu Final Fantasy VI. Il est réputé pour être cruel, insensible. Son seul but : capturer Terra Branford pour lui prendre ses pouvoirs.

Apparence et personnalitéModifier

Kefka est un clown originaire d'un lointain pays. Dans les premiers artworks et dans Dissidia Final Fantasy, il est vêtu d'une myriade de vêtements colorés de jaune et rouge, mêlant rayures et pois. Il porte une écharpe rouge et blanche autour du cou, et un grand manteau rouge avec une ligne jaune. Dans Final Fantasy VI, des artworks alternatifs et dans un costume alternatif de Dissidia Final Fantasy, il porte une robe vert et or ainsi que des vêtements rouges. Son visage est couvert de maquillage blanc et rouge, ainsi que ses mains. Ses cheveux blonds sont attachés en une queue de cheval rehaussée d'une plume bleue. Dans sa forme de "Dieu", Kefka est un ange démoniaque à la peau violette et portant un pagne rouge. Ses membres sont plus musclés et il porte six ailes : quatre angéliques et deux de chauve-souris (ces dernières ont été remplacées par deux angéliques dans Final Fantasy Anthology. Sous cette forme, la seule ressemblance avec le Kefka original est la queue de cheval, plus longue et vers le haut ainsi que la plume rappelant son extravagance vestimentaire passée. Dans Dissidia Final Fantasy, son apparence est légèrement différente, il possède entre autres du maquillage autour de la bouche pour former un sourire figé.

Kefka est maniaque, colérique, destructeur et cruel. C'est un psychopathe sans le moindre égard pour la vie humaine ou remords pour les atrocités qu'il a commises, et s'amuse des souffrances d'autrui. Il aime l'humour noir, éclate d'un rire hystérique devant le chaos et déteste le monde entier. Son seul bonheur est de semer le chaos et la destruction partout où il passe. De son mépris pour la vie humaine naît un mépris pour toutes choses, et à la fin de Final Fantasy VI, il déclare que la vie mortelle n'a pas de sens, et que les significations trouvées par les gens comme l'amour et l'espoir ne signifient rien non plus. Il cherche qui plus est à détruire les raisons de l’existence même. Son histoire dans Dissidia Final Fantasy montre son manque de sang-froid.

Lorsque les résistants infiltrent l'usine Magitek, Kefka affirme être tout-puissant, et sur le point de devenir un dieu, ce qui montre qu'il est mégalomane. Comme indiqué dans le guide de création de Final Fantasy VI, il est narcissique, fasciné par son image dans les miroirs et s'habille en fonction. Il est aussi possible de s'en rendre compte dans Dissidia, Kefka se citant parfois lui-même et s'auto-complimentant. C'est aussi un grand enfant, parlant de "jouer" plutôt que de "combattre" et traitant Terra comme une poupée avec laquelle il jouerait. Dans les versions japonaises, il utilise pour parler de lui le pronom "Boku-chin", habituellement utilisé par les jeunes garçons.

Dissidia montre une version encore plus tragique du nihilisme de Kefka et de sa folie. Un fois vaincu, il continue son monologue sur la futilité de la vie, en réponse avec son discours dans Final Fantasy VI, qui finit avec son rire triste. Ensuite, Terra lui dit qu'il a brisé son cœur et dans Dissidia 012 Final Fantasy, avant le combat, Terra se demande s'il est tourmenté quand il chante répétitivement "Détruire". On peut voir dans ce jeu que Kefka a fini par s’autodétruire pour se sentir mieux. Ainsi, dans Dissidia, il est présenté comme un homme tellement étrange que la seule chose pouvant le rendre heureux est la destruction.

HistoireModifier

JeunesseModifier

On sait peu de choses sur la jeunesse de Kefka. Il a trente-cinq ans dans Final Fantasy VI et est le bras droit de l'Empereur Gestahl. Au moins seize ans avant le début des évènements de Final Fantasy VI, il a été la première expérience de chevalier Magitek, ce qui lui a donné de grands pouvoirs magiques mais l'a rendu complètement fou, le processus n'étant pas encore au point. Kefka est devenu cruel, destructeur et a acquis la réputation de l'homme le plus dangereux de l'Empire Gestahlien. Six ans après, lors de l'armement massif de l'Empire, le général Leo Christophe et lui sont devenus les hommes les plus importants de l'Empire, plus encore que l'Empereur. On ne connait pas exactement les circonstances, mais peu avant le jeu, il a utilisé un diadème de contrôle sur Terra, et pour savoir si elle est efficace, il lui a fait brûler vifs cinquante soldats de l'armée Gestahlienne.

L’EmpireModifier

Kefka envoie Terra à Narshe avec Biggs et Wedge pour récupérer l'Esper Valigarmanda. La mission échoue lorsque l'Esper se réveille, tuant les soldats et détruisant le diadème de contrôle, rendant sa liberté à la jeune fille, mais la laissant amnésique. Lorsqu'elle sort de Narshe, elle se souvient que Kefka lui a ordonné de tuer ses propres hommes avant qu'elle perde toute volonté.

Kefka vient au Chêteau de Figaro, où il dit chercher Terra sous les ordres de Gestahl. Il se plaint que le château soit en plein milieu du désert, et ordonne à eux soldats de laver ses bottes. Le roi Edgar cache Terra en espérant qu'elle rejoigne les résistants contre l'Empire, et prétend qu'elle n'y est pas. Kefka ne le croit pas, et met le feu au château. Alors qu'il commence à brûler, il s'enfonce sous le sol tandis que le roi, la jeune fille et un jeune homme fuient à dos de chocobo, vainquent le général et deux gardes avant de partir, le laissant fulminer sur le sable.

Kefka part pour le royaume de Doma avec un bataillon du général Christophe. Il y circule une rumeur à propos de Kefka qui voudrait remplacer Léo à la tête des armées. Certains soldats affirment même qu'ils déserteraient si c'était le cas. Bien que Léo souhaite gagner le siège de Doma sans pertes et fracas, Kefka veut empoisonner la rivière, et tuer tout le monde. Léo rappelé par l'Empereur, Kefka prend les commandes et décide de mettre son plan à exécution. Des soldats sont réticents, certain des leurs ayant été capturés et emprisonnés dans le château, et Shadow tente de les arrêter, mais il empoisonne lui-même la rivière, tuant tout le monde à l'exception de Cyan Garamonde, et il rit de joie en entendant ce qu'il nomme la musique des cris à l'unisson de centaines de voix mourantes.

Lorsque les résistants retournent à Narshe, Celes Chere les avertit que Kefka a réuni son armée pour marcher sur la ville. Il la conduit en haut des falaises pour réclamer Valigarmanda. Ils combattent les résistants, qui, après avoir vaincu ses troupes, combattent Kefka lui-même et le font fuir, bien qu'il jure de se venger.

Terra va voir Valigarmanda, qui la transforme à son tour en Esper avant de la faire fuir. La suivant, les résistants trouvent Ramuh qui leur explique la véritable source de la magie : la Magicite, les restes d'un Esper et qui seul peut enseigner la magie, bien mieux que via les magiteks. Les résistants utilisent l'aéronef de Setzer Gabbiani, le Blackjack pour fuir à Vector et retrouver l'Esper qui y est emprisonné par l'Empire.

L’acquisition du pouvoirModifier

Dans l'usine Magitek, les résistants espionnent Kefka torturant des Espers, dont Shiva et Ifrit. Ils surprennent Kefka volubile au sujet du pouvoir qu'il a obtenu des Espers et de ses plan pour obtenir ceux des trois dieux gardiens. Après être entrés au cœur de l'usine et avoir récupéré de nombreux Espers, les résistants rencontrent Cid, qui se rend compte de la réelle source de pouvoir que sont les Espers. Kefka, ravi de l'apprendre, tente de récupérer Celes qui avait trahis l'Empire, et attire à lui des magicites, mais Celes les renvoie au loin, permettant au groupe de s'enfuir. Mais Kefka leur apprend que Celes était en réalité un espion de l'Empire, et les résistants se mettent à douter de la sincérité de leur soi-disant amie. Kefka apparaît un peu plus tard dans le Palais impérial et soulevant deux grues pour attaquer le Blackjack tandis que les résistants fuient à bord, hors du continent.

Sachant que Terra est à demi-humaine, à demi-Esper, les résistants se dirigent vers la Caverne des Espers en espérant obtenir leur aide contre l'Empire. Kefka les suit en prétextant que l'Empereur Gestahl l'a mandaté pour les aider à ouvrir la porte. Vaincu lorsque les Esper sortent, on ne sait pas comment Kefka est retourné à Vector, mais Gestahl l'a emprisonner pour montrer sa bonne volonté aux résistants, pour leur demander leur aide dans la recherche des Espers dispersés aux quatre coins du monde

L'ascension à la divinitéModifier

Gestahl parle à Kefka et l'envoie à Thamasa, où lui et ses soldats attaquent les résistants ainsi que le Général Léo, avant de tuer tous les Espers et de prendre leurs magicites. Quand il ordonne à ses troupes de brûler la ville, le Général Léo s'interpose, mais il ne réussit à détruire que l'illusion de Kefka, pas le véritable. Le vrai Kefka réapparait plus tard et tue le général. Il projette alors une illusion de l'Empereur "avouant" avoir envoyé Léo pour récupérer tous les Espers. Kefka explique alors pour couvrir l'assassina, qu'il s'agissait d'un traître.

À travers la porte restée béante, une seconde vague d'Espers se précipite pour tuer Kefka, mais celui-ci devenu trop puissant, leur attaque n'eut pas d'effet. Expliquant que ce surcroît de puissance vient de toutes les magicites qu'il a collectes, il les tue tous et prend leur magicite sans pitié.

Kefka et Gestahl entrent dans le monde des Espers et font s’élever le continent flottant. Lorsque les résistants les affrontent, il ordonne à Celes de trahir les résistants pour prouver sa loyauté envers l'Empire. Elle poignarde Kefka, qui, enragé, va voir les trois dieux et exige qu'ils lui donnent leur pouvoirs. Malgré les avertissements de l'Empereur, il désaligne les statue, brisant leur fragile champ magique. Shadow et les résistants réussissent de justesse à s'échapper, mais le monde de balance se transforme en monde de ruines.

Peu après cette fin du monde, Kefka prend toute la puissance des trois dieux pour se transformer en dieu à son tour. Il érige alors une tour qu'il nomme "Tour de Kefka". Du haut de cette tour, il dirige le monde d'une main de fer, tuant toute opposition à coup de lumière du jugement, un rayon de magie capable de détruire toute une ville. Un culte s'érige alors, lui permettant de créer une armée de monstres pour sur-protéger sa tour.

La défaiteModifier

Un an après la fin du monde, Celes se réveille sur une île déserte et entreprend de retrouver les résistants attaquant la Tour de Kefka. Au sommet, Kefka révèle son but véritable : Selon lui, la vie n'ayant pas de sens, et la détruire est ce qui peut lui arriver de mieux. Les résistants refusent cette vision pessimiste en expliquant comment ils ont réussi à survivre et à rester optimistes malgré la ruine et la destruction, notamment grâce à l'amour. Trouvant leurs exemples écœurants, il décide de tout anéantir jusqu'à l'essence même de la vie. Pour le dernier affrontement, il invoque un immense pilier remplie de statues à son effigie. Quand ils l’affrontent sur un fond doré, il part de son rire démoniaque et annonce qu'il va tout détruire.

Kefka vaincu, et depuis qu'il est devenu le dieu de la magie, celle-ci disparaît du monde, et tous les Espers disparaissent. Terra, grâce à son lien avec l'enfant de Mobliz, devient un être humain normal et peut continuer à vivre. La tour de Kefka s'effondre, et le monde redevient comme avant.

MusiqueModifier

"Kefka", thème musical du personnage éponyme, est joué fréquemment durant la première partie du jeu, lors de chacune des rencontre entre le groupe avec lui.. Ce thème commence avec une mélodie simple jouée par des cordes pincées, avant de prendre de l'ampleur, et de plus en plus d'instruments accompagnateurs. Cela montre comment Kefka a sombré progressivement dans la folie.

Durant le dernier combat, c'est "Dancing Mad" qui est joué. D'une durée de plus de 12 minutes, et en 4 actes bien distincts, il s'agit d'une des plus longues musiques de la série.

En plus de ses célèbres thèmes musicaux, Kefka est connu pour son rire, intervenant plusieurs fois dans le jeu ainsi que dans "Dancing Mad".

Autres apparitionsModifier

Dissidia Final Fantasy et Dissidia 012 Final FantasyModifier

Kefka dans Dissidia Final Fantasy
Article principal : Kefka Palazzo/Dissidia

Kefka est un personnage jouable dans les jeux Dissidia Final Fantasy et Dissidia 012 Final Fantasy appartenant au camps de Chaos. Il peut être acheté dans le Catalogue PJ.

Theatrhythm Final FantasyModifier

Kefka dans Theatrhythm Final Fantasy

Kefka est un ennemi dans le jeu Theatrhythm Final Fantasy, que l'on peut affronter en mode combat (durant un BMS).

ÉtymologieModifier

Le nom de famille de "Palazzo" signifie en italien "Palais", "palace" ou "château", tandis que dans cette même langue, "pagliaccio" signifie "clown", référence à ses habits bigarrés.

Son prénom, "Kefka" peut venir de "Kurt Koffka", un psychologue allemand ayant notamment travaillé sur la psychologie de la forme, ou gestaltisme, référence au nom de l'Empereur Gestahl pour lequel travaillait Kefka. Il peut aussi faire référence à Franz Kafka, un écrivain allemand dont les histoires, sombres et dont les personnages n'ont plus d'espoir, sont considérées comme existentialiste, une philosophie à la fois proche et opposée de celle de Kefka.

La forme de dieu de la magie de Kefka ressemble à l'ange déchut Lucifer, aussi connu sous le nom de "Satan". Cette similitude est appuyée dans la traduction anglophone pour SNES du jeu, où l'une de ses attaques est "Fallen One", l'un des noms de Lucifer.

Au Japon, le violet est la couleur de la mort, ce qui explique pourquoi sa forme de dieu de la magie est principalement violette.

Détails supplémentairesModifier

  • Dans le jeu The Elder Scrolls III: Morrowind, il existe un donjon dommé "Kefka Burial"
  • Dans Final Fantasy VII, le joueur peut voir la tête de Kefka sur un mur dans le "Ghost Square" au "Gold Saucer". Dans la Rivière de la vie, son rire peut aussi être entendu.
  • Ce rire apparaît également dans le jeu Chrono Trigger, et dans Final Fantasy XII, un éon utilise ce rire comme attaque ultime.
  • Bien qu'il semble évident que Kefka soit un chevalier Magitek, ce n'est jamais dit explicitement dans le jeu. Il faut pour cela parler au barman à Vector après avoir échappé aux gardes.
  • Le doubleur anglophone de Kefka, Dave Wittenberg, double aussi Yazoo in Final Fantasy VII: Advent Children, Amodar dans Final Fantasy XIII, et Captain Cryptic dans Final Fantasy XIII-2.



Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard